Vivre et travailler à Londres


Trouver un appart’ – épisode 2 Day 2

DAY 2 – le jour 2 commence à être un peu plus dynamique. Il faut dire que la veille j’ai passé 1h au téléphone à appeler tout un tas d’agences pour dégoter celles qui pouvait me faire visiter quelque chose. Donc 1er RDV à Pimlico (zone 1, entre Victoria Station et la Tamise… coin que je recommande mais malheureusement un peu trop cher en général). Allons bon, ça commence mal, l’agent n’est pas là pour me présenter la propriété… il faut dire qu’elle m’avait en fait appelé plus tôt pour me dire qu’elle n’avait pas les clés. J’avais tout simplement pensé qu’il s’agissait d’un autre appart’.

 Pimlico

Sur ce, je file du côté de South Kensington. Là, j’ai un peu de mal à trouver le 26 Cranley Place car il n’y a plus de maison passé le numéro 24… Petit coups de téléphone à l’agent qui ne répond pas. Finalement, je le retrouve à m’attendre devant le n°6 pour l’appartemement n°26… Il était d’âge mûr accompagné par une dame russe probablement, elle aussi d’âge mûr. On aurait dit qu’elle le surveillait… ça ressemblait en fait à une réhabilitation d’alcoolique (ce monsieur avait effectivement le visage un peu buriné… mais peut-être rien à voir). Bref… il s’agit en fait d’un studio dont la salle-de-bain est à partager avec un autre studio. Je dis promptement au revoir à ce couple et, après 5 minutes chrono en leur compagnie, cours vers mon 3ème RDV à Paddington. Là grosse déception, je m’attendais à un deux pièces et en fait il s’agissait là encore d’un studio. Je m’apprêtais à rentrer bredouille lorsque Marcos (Day 1) m’appelle pour me dire que la propriété qu’il devait initialement me faire visiter était de nouveau sur le marché. Hop, je cours le rejoindre, sans plan ni carte, dans une rue adjacente à Oxford Street.

L’appart’ est d’une taille convenable, en pas trop mauvais état et bien situé. Mais il y a quand même quelques loups : un papier peint-forêt vierge fluo sur la moitié du mur de la chambre à coucher (il me promet que cela ne sera plus sur le mur après le départ des actuels locataires) ; une porte qui ne ferme pas bien (toujours dans la chambre à coucher) et qui donne sur une espèce de mini-cour (2m2) intérieure ; une cuisine minus et crade ; un appartement en rez-de-chaussé directement sur la rue, quand même assez passante ; un verre de la fenêtre du salon cassé. Le prix est pas mal mais pas non plus hyper convaincant (220 inclus council tax). Ca reste un appart’ pas lumineux et en plein milieu de l’enfer londonien.


Un commentaire

Ah la recherche d’appart … toujours une aventure epique.

J’ai hate de lire les prochains episodes, en esperant pour toi que la serie ne s’eternise pas🙂

Bon courage dans tes recherches !

Commentaire par Laurent




Les commentaires sont fermés.



%d blogueurs aiment cette page :